Synthèses Personnelles des Membres

SYNTHESE PERSONELLE DE TPE, MANSUY ALEX

 

***

Naturellement isolé par l’eau des continents, l’ile de la réunion, avant même l’Europe ou encore les Etats-Unis, ressentira le besoin matériel de se débarrasser du pétrole et du charbon, énergies fossiles trop longtemps surexploité. Quelle alternative a la problématique mondiale du XXI siècle ? L’eau. L'océan y pourvoira ! Eolien offshore, énergie de la houle, des courants côtiers, des vagues (CETO-PELAMIS), machines thermiques géantes, l’énergie osmotique.... il y a de fait bien des manières de "produire" de l'énergie sur ou sous les flots, et qui sont autant de manières que nous pourrions avoir de desserrer "l'étau" des combustibles fossiles, qui nous coincent entre la menace de la pénurie et celle du changement climatique. Mais combien d’énergie pourrions-nous tirer de ces sources à la réunion? è Et L’eau est-elle l’énergie du futur ?!

Le choix du sujet des énergies renouvelable et plus particulièrement des énergies renouvelables aquatique s’est fait par entente collective et par soucis d’innovation. En effet, la préoccupation environnementale n’est pas nouvelle mais les techniques employées afin de remédier a cette dégradation environnementale, si. C’est ainsi que ces 10 dernières années, des projets tels que le CETO ou l’ETM sont passés du point de vue théorique au prototype. Leurs médiatisation est faible mais en constante progression. Ensuite, les énergies renouvelables aquatiques semblaient posséder de nombreuses sources d’information (chose vérifiée) que ce soit sur support numérique ou bibliographique, susceptible de nous alléger le travail de recherche. Pour finir, ce sujet recourt autant au domaine physique et chimique qu’au domaine biologique.

La répartition des taches s’est faite de façon équilibrée, en effet, étant personnellement chargé de la rédaction de la conclusion ainsi que des recherches et de la mise en page des énergies osmotique et océanothermique (ETM/OTEC), Johanna s’est occuper de l’énergie houlomotrice ainsi que de la rédaction de l’introduction et du I) Les différentes sources d’énergies renouvelables qui existent à la Réunion. (cf Plan du TPE). Julie, a elle, était chargée des recherches et de la mise en page de la culture des microlgues qui fut enrichit par quelques recherches sur les énergies hydroélectrique (Barrages). A noter que Johanna, en raison des sujets très légèrement moins imposant que les nôtres, a accepté d’endosser le rôle de « secrétaire » en s’occupant du Journal de Bord. Le rôle de « secrétaire » changera, en principe, en fonction des périodes. Pour finir, chaque membre se devait d’apporter personnellement des recherches supplémentaires bibliographiques, sociales et numériques.

En Bilan, nous pouvons admettre que les recherches et la mise en page sont au stade «terminées » avec cependant quelques relectures et schéma explicatifs mit à jour assez récemment. De plus le paufinement du site internet s’est fait dans les dernières semaines du délai. Concernant le support, nous avons illustré notre TPE avec un site web, nous avions préalablement fait un vote pour valider ou réfuter l’idée du site internet après avoir pesé le pour et le contre des autres supports (magasines, diaporamas etc.). Le TPE sera également disponible sous support dactylographié. Les expériences démonstrative devraient être prêtes dans les séances à venir et portera sur l’osmotique et l’ETM.

Ce T.P.E a de l’intérêt pour moi dans la mesure ou la partie environnementale et technologique est attrayante, ou le travail en équipe est enrichissant et où l’on traite des sujets que l’on pourrait potentiellement retrouvé dans d’éventuelles études supérieures.

 

 

ALEX MANSUY

SYNTHESE PERSONNELLE DE TPE, BOINON JOHANNA.

 

Nous avons choisit de faire notre TPE sur le sujet de « L’environnement et les progrès » et plus particulièrement sur les énergies marines sur notre île, avec pour principale problématique : « L’eau est-elle l’énergie du futur ? »

 Nous avons présenté notre TPE sous forme de site internet (ci-dessous) et nous l’avons accompagné par un dossier (au cas où il y ai des problèmes informatiques).

 

Nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux énergies marines sur l’île.

Dans un premier temps, nous traitons des énergies renouvelables qui existent sur l’île de la Réunion : le soleil, le vent, la géothermie, la biomasse et l’eau.

Puis, dans un second temps, nous avons étudié les  énergies marines en projet dans l’île ; avec les énergies de la houle, thermique, l’osmose, les micros-algue…

 

Ce sujet nous paraissait particulièrement intéressant car c’est il est d’actualité.

Pas une journée ne se passe sans que l’on entende parler des énergies renouvelables, des énergies « vertes » etc. Mais aussi car c’est un sujet très vaste et varié.

Ensuite, nous avons décidé de le traiter spécifiquement à la Réunion car en tant qu’habitants d’une île, nous nous sentions particulièrement préoccupés par son indépendance énergétique d. Enfin, nous nous sentions attirés par ce sujet car nous voulions mieux comprendre ces mécanismes.

 

Les trois premières séances nous ont permis de nous décider sur le choix du TPE, c’est-à-dire le titre, mais aussi la problématique.

Ensuite pendant 10 séances, nous avons, chacun de notre côté, fait différentes recherches sur toutes les énergies renouvelables qui existaient à la Réunion. A chaque fin de séance, nous  mettions nos résultats en commun.

Après avoir trié les informations, il a fallut passer à la phase « rédaction ».

 

 Alex s’est occupé de la partie osmotique, ETM et la conclusion ; Julie s’est occupée de la partie micro algue et barrage et je me suis consacrée à l’élaboration de l’introduction, des énergies renouvelables en générales (partie I) et les énergies de la houle.

Chacun son tour, nous avons mis ces parties sur notre site internet :

 http://www.energies-hydrauliques-974.e-monsite.com

Même si nous avons rencontré quelque difficultés d’organisation,  nous avons tout de même réussit à finir dans les temps.

 

 

En ce qui me concerne, j’ai trouvé ce projet très intéressant : tout d’abord par la découverte d’une multitude de sources d’énergies qui sont l’avenir de notre planète dont je n’avais pas connaissance ; ensuite par le fait qu’il existe heureusement des solutions pour régler ce problème de dépendance énergétique aux énergies fossiles (gaz naturel, pétrole etc.…).

Il m’a également permis aussi de me rendre compte des difficultés quant à l’organisation

d’un travail de groupe (répartition des tâches…), de trouver les bonnes informations, les organiser de façon logique et cohérente.

 

 BOINON JOHANNA.

 

 

 

SYNTHESE INDIVIDUELLE DE TPE, MAILLARD JULIE

 

 

Partenaires de TPE : BOINON Johanna & MANSUY Alex

Couplage disciplinaire : Sciences de la vie et de la Terre & Physique-Chimie

Thème : La mer, une source d’énergie renouvelable particulière à la Réunion

Problématique du sujet : L’eau est elle l’énergie du futur pour la Réunion ?

 

Le TPE sur lequel nous avons travaillé porte sur l’houlomoteur (le CETO / le PELAMIS), sur l’osmotique, sur l’océanothermie (l’ETM), sur les microalgues et sur l’hydraulique (les barrages) sur l’île de la  Réunion. Il existe deux types d’énergies : les renouvelables et les fossiles. Nous avons donc également brièvement traité les énergies fossiles, et les autres énergies renouvelables sans relation avec l’eau (le vent, le soleil, la géothermie, la biomasse et l'hydraulique).

 

Dans le cadre du TPE de nombreux choix se présentaient à nous. Il a été difficile de trouver le sujet que nous allions choisir. A la base, nous avions plusieurs options. Il fallait que l’option que nous allions sélectionner nous plaise et soit en relation avec nos deux thèmes obligatoires.  Nous avons donc éliminé au fur et à mesure les sujets qui ne nous correspondaient pas.

Nous avons choisi les énergies renouvelables, puis nous nous sommes focalisés sur l’exemple de la Réunion. Il existe un grand nombre d’énergies renouvelables. Nous avons donc fini par opter pour les énergies renouvelables liées à l’eau sur notre île.

Ce sujet est intéressant et nous concerne tous. Les énergies fossiles s’épuisent. Il faut donc trouver des solutions pour les remplacer.

Il y a de très nombreuses façons d’utiliser l’eau afin de produire de l’électricité.

Je trouve donc ce sujet intéressant de par son actualité et sa diversité.

 

Tout d’abord nous ne savions pas très bien comment se répartir les taches.

Nous avions donc cherché des informations tous ensemble mais nous nous sommes rendus compte que nous irions plus vite à traiter notre TPE en travaillant chacun sur des postes différents.

Nous avons alors cherché chacun de notre côté tout ce que nous pouvions trouver sur notre TPE.

Nous décidions ensuite avec toutes les informations recueillies de nous répartir les taches en trois parties équitables pour avancer plus vite.

Alors, en un premier temps, Johanna traitait l’énergie marémotrice ainsi que l’énergie hydraulique.

Alex s’occupait de l’ETM et de l’énergie osmotique.

Pour ma part je travaillais sur l’houlomoteur et sur les hydroliennes. Cependant après notre rencontre avec mademoiselle Marion CORRE LABAT (chef de projet de l’ARER, chargée de mission énergies marines à la Réunion) qui a bien voulu nous recevoir, nous a fait prendre conscience que le dossier sur les hydroliennes était peu actuel car à la Réunion les courants n’étant pas assez forts, il est impossible d’implanter des hydroliennes.

Ensuite nous avons fait une autre répartition des taches :

Johanna devait s’occuper de l’introduction (comprenant les énergies fossiles et les énergies renouvelables non liées à l’eau), et de l’houlomoteur.

Alex a gardé les mêmes sujets : l’ETM et l’osmotique.

Je me suis occupée de l’énergie hydraulique et des microalgues (c’est mademoiselle Marion Corre Labat qui nous a dit que nous devions également parler de cela). 

La répartition des taches était donc équitable mais pas tout à fait au point car nous aurions pu directement travailler sur nos taches définitives. De plus il y a eu une perte de temps par rapport au travail que j’ai fourni car ce n’était pas nécessaire de travailler sur les hydroliennes, et comme la partie sur l’énergie hydraulique qui devait être une partie tout entière a finalement été mise dans l’introduction ce n’était pas nécessaire d’approfondir les recherches.

Nous aurions donc pu perdre moins de temps.

 

Avec ce TPE, en avançant étape par étape, nous avons réussi à atteindre nos objectifs et à prouver que l’eau n’était pas l’énergie du futur mais une des énergies futures à ne pas négliger.

 

Ce TPE m’a permis d’en savoir plus sur les énergies aussi bien fossiles que renouvelables. Je ne savais pas qu’il en existait autant. De plus, j’ignorais totalement qu’il était possible de créer de l’énergie avec l’eau autrement qu’en faisant des barrages. J’ai donc appris que nous pouvions utiliser différents types d’eau (salée/douce, froide/chaude …) de différentes façons.

Je ne savais également pas qu’il existait des microalgues à usages multiples que les chercheurs tentaient d’améliorer.

On peut donc dire que ce TPE m’a apporté beaucoup de connaissances que je n’aurais probablement jamais acquises autrement. Ce fut également une expérience très bénéfique pour apprendre à travailler en groupe.

 

MAILLARD Julie                            

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site